Je pars bien chargé de chez Kazue, j’ai quasiment multiplié par 4 le poids de mes valises comparé à ce que j’avais au départ.
Heureusement le chemin vers l’aéroport n’est pas complexe en partant de la station d’Ebisu.
Dans la gare de Shinagawa je rencontre un français qui lui viens juste d’arriver. Nous échangeons quelques mots et je lui donne un pack de jus de fruit que je pourrai boire.
Arrivé à l’aéroport vers 10:45 j’ai environ 3h devant moi une fois passé la douane. Parfait pour mettre mes notes d’hier à jour.
Je suis étonné du calme qu’il y a dans l’aéroport de Tokyo.
17 heures plus tard et toujours le 4 Mai je suis de retour en Irlande :)

Bilan du voyage:
4 semaines étaient clairement nécessaires pour faire Osaka/Nara/Kyoto/Kobe/Hiroshima/Miyajima/Nagano/Fuji/Tokyo j’aurais même pu profiter d’un jour de plus dans certaines villes.
J’ai eu une expérience exceptionnelle et choisir de loger chez l’habitant via AirBnB à définitivement été un plus.
Les bases de japonais que j’ai appris via Duo Lingo et Pimsleur m’ont bien aidé et surtout permis de créer des liens biens plus forts avec les Japonais que j’ai rencontré. (20~30min de pratique quasi journalière pendant un an)
Je pensais que l’allais dépenser beaucoup plus que ce que j’ai payé journalièrement.
La carte Icoca (ou toute IC Card) est un must have pour faciliter les transports dans les villes (parfois entre villes) par train/metro/bus et évitent un casse tête de tickets et zones.
Le JR Pass n’est nécessaire que si vous faites de longs trajets dans une courte période et ne couvre pas tous les types de transports une fois dans les villes.

Ce que j’ai aimé?
Leur cuisine, art et nature pour sûr!
Leur organisation et respect (trop extrême parfois)
Le fait qu’ils ont réussi à garder des racines fortes tout en adoptant un fort modernisme (qui a aussi ses défauts)
La propreté

Ce que je n’ai pas aimé?
Le PQ japonais, clairement, c’est bête mais leur demi épaisseur est ridicule surtout au vu de leur toilettes super high tech.
Les touristes chinois. Je fais généralement une différence entre un touriste et un voyageur. Sur cette échelle eux sont à l’extrême du touriste.
Mes nouvelles chaussures de basse randonnée qui n’étaient au final pas si confortable et m’ont filé des ampoules énormes à chaque pied dès le premier jour. Meindl plus jamais. Rendez moi mes Salomon ou North Face.