Je me lève en me disant “hé je passerai bien la journée au calme dans un parc”.
Je passe donc a “Life” un supermarché local bien fourni pour prendre de quoi grignoter, au final j’achète aussi des choses à ramener donc je retourne les déposer.
En chemin je croise un poney se faisant promener, je ne pensais que les chevaux ou poney en ville ce n’était que pour l’Irlande, bref probablement le zoo d’en bas de chez moi qui le fait se dégourdir les pattes.
Finalement je me dis que certains sites que je veux voir doivent être superbes avec ce temps et change mon plan.
Direction Ueno Station pour son parc puis Asakuza et son temple.
Le parc de Ueno n’est pas vraiment spécial en lui même mais possède de bons musées et un zoo ce qui le rend bien plus intéressant.
Mon point favori sera “les portes de l’enfer”, une sculpture qui se trouve juste à côté du musée national d’art occidental.
Je repars en suite par train pour le temple de Senso-Ji. Et passe par Kaminarimon Sensouji puis Hōzōmon gate deux portes célèbres pour leur lanternes rouges énormes séparée par une allée marchande, avant d’arriver au temple qui est superbe. Les trois lieux, enfin le quartier étant blindé de monde vu que c’est le temple le plus touristique de Tokyo.
À côté du temple et non moins splendide se trouve une pagode et son jardin (que je zapperai en raison de la foule) et le sanctuaire d’Asakura.
Je m’enfui en suite vers l’Est et trouver un parc au calme (Sumida) après avoir traversé la rivière du même nom.
Après un bon déjeuner picnic et un peu de lecture je suis la rivière vers le sud pour me rendre au musée de l’épée Japonaise qui... est fermé vu qu’hier c’était un lundi férié (et que du coup les musées et parcs ferment le mardi cette semaine la)
Tous? Non, un seul petit musée gratuit irreducible résiste à la règle: le musée des Sumos et son magasin de souvenir. Je me réjouis de cette découverte inattendue.
Prochaine étape: Akihabara, le quartier des geeks et fans de figurines, cartes, maquettes (et infini produits dérivés) basés sur des jeux vidéos et dessins animés. La tentation est grande... il y a tellement de choix et des magasins au couloirs enchevêtrés sur des demi-douzaines d’étages.
Bien chargé de souvenirs (je trouverai mon bonheur en kit-kat aux goûts inimaginables là) je retourne à la maison pour dîner et me reposer.