Me voila réveillé à 4:46... mais d’un autre côté c’est pas plus mal.
J’ai du mal à réaliser que ça fait déjà 3 semaines que je me ballade au Japon.
Heureusement que je suis parti pour 4, moins aurais été beaucoup trop court à mon goût.
Je réalise hier soir en faisant mes plans pour aujourd’hui et demain que c’est mon dernier jour complet à Fuji!!!
Randonnée obligée.
J’avais prévu une journée dégustation à l’origine :p ça sera, l’inverse: une journée brûlage de calories du coup.
Le temps est légèrement nuageux mais Fuji-san est dégagé. C’est pas forcément plus mal, je ne me ferai pas cramer le museau mais ce mauvais calcul chamboule tout.
La pluie n’est prévue que pour 6h ce soir ce qui me laisse au moins 6 heures pour grimper voir plus si je prévoie le retour par les bus de la station 5.
Je décolle à 6:30. Chose très agréable, le chemin est en ligne droite de la maison et longe à peu près une rivière. En passant par des routes et chemins peu fréquentés voir même presque impraticable.
L’un d’entre eux est barré en raison de nombreux arbres qui sont tombé mais le détour que ça ne causerait est important et je décide de faire fis du challenge et de partir à l’aventure.
7:30 le bâton de Miyajima casse et je dois me trouver un nouveau compagnon voir deux. (L’un sera trop lourd et je l’abandonnerai quelques heures plus tard)
8:21 j’arrive au début de Yoshida trail. Le sommet est à un peu 18kms d’ici. (Le panneau dit 14 mais j’en croiserai plusieurs autres le contredisant)
Sur le chemin je me fais surprendre par un faisan qui s’envole des buissons de bambou à côté de moi, le con.
9:30 j’atteins Umageshi premier point historique du sentier et sanctuaire.
9:55 première station déjà 9.7kms parcourus. Il ne reste que les pierres de fondation de cette station et quelques plaques commémoratives.
10:30 seconde station (富士山二合目) et sanctuaire Fujiomurosengen Okumiya détruit par des chutes d’arbres
La taille des arbres commence à raccourcir.
Première intersection avec une route, deja 10km parcourus depuis le début de Yoshida trail, 19.7kms depuis la maison.
11:00 troisième station elle aussi en ruines, je fais un break miam et redécolle 25 min plus tard.
11:48 quatrième station.
Je vois les premières traces de neige sur le chemin. Je n’irai clairement pas au dessus de la station 5 qui est un passage obligé.
12:00 Inoue-Goya (station 4.5) qui n’est pas en ruines bien que fermée.
12:36 j’arrive au sanctuaire de Kumokirifudo.
12:48 seconde intersection, 12.2kms parcourus depuis le début de Yoshida trail. La route ici est couverte de cailloux et graviers volcaniques du aux fontes des neiges.
La cinquième station du chemin a été partiellement endommagée par un glissement de terrain et la route est impraticables pour une voiture.
Je suis vraiment heureux d’avoir atteint l’objectif que je m’étais fixé, j’hésitais a pousser jusqu’à la sixième station mais l’état du chemin et des routes ainsi que ma fatigue et l’eau qu’il me reste (aucun point de ravitaillement depuis de début) me font prendre le choix raisonnable de finir ma randonnée ici.
Je fini ma deuxième bouteille d’eau juste avant d’arriver à la cinquième station de Subaru line (la route dont je viens de parler lié les deux stations) que j’atteins a 13:30.
Dans l’autre sens la route est fermée de plusieurs palissades, il faut que j’en enjambe une pour sortir.
Sur le chemin je n’aurai croisé qu’un Japonais a Umageshi qui avait un sacré rythme et s’est assuré que je ne comptais pas aller trop haut avec mon équipement. Et trois japonais transportant leurs ski et surfs sur la descente à la cinquième station.
Dur retour à la civilisation, ses bruits de moteurs, ses chinois qui parlent fort, tout me donne envie de repartir en courant.
13:50 j’attrape tout juste le bus pour redescendre (1540 yen jusqu’à la gare de Mt Fuji aller simple) heureux et épuisé.
Vu la qualité de cette route et les bus toutes les heures je comprends que les 5 premières étapes de Yoshida soient à l’abandon et que beaucoup de personnes sautent la marche en forêt de 13km pour aller prendre leurs photos directement, ou pour les vrais, qu’ils commencent à un endroit où l’ascension et retour est faisable en une journée.
Seconde option que je choisirai peut être si je reviens pour atteindre le sommet maintenant que j’ai accomplis la première partie.
La douce chaleur du bus fait que tout le monde s’endort.
J’arrive à la station de Mt Fuji vers 13h et file prendre un bain puis repos bien mérité.
Kazuyoshi-san arrives vers 18h et nous faisons une petite sécante de calligraphie dans une salle de sa maison dédiée à ça.
J’inscrirai les Kanji 真志有: Makishi yū: true/pure/just, will/motive, possess (le second Kanji signifie aussi cœur du samouraï - haut: samurai bas: cœur) une façon dont mon prénom pourrait s’écrire que Kiwamu-san (Kyoto) m’avait donné.
Nous partons en suite dîner à Sakigake, l’Izakaya (bar à saké) préféré de Kazuyoshi. Au menu:
Apéritif:
- Gros haricots verts légèrement salés
- Tamarizuke (fromage mariné dans une sauce soja) pour accompagner le saké
Teppanyaki (brochettes):
- Poulet et ail
- Champignons
- Épinards
- Fromage et poivrons
Les trois dernières étant entourées de lard.
Sashimi (tranches crues):
- Vivaneau (red snapper, poisson)
- Crevette (ma première crevete crue)
- Cheval avec purée d’ail et purée de gingembre
Porc cuit façon yaki avec des herbes d’une tendresse impressionnante.
Un vrai régal.
Nous rentrons en suite repus, discutons autour d’un thé avant d’aller nous coucher.