Levé à 6:30 je prends un petit déjeuner sympa en discutant avec certains des hôtes d’hier soir.
Je pars vers 8h pour visiter le temple de Daisyoin pendant une petite heure, les italiennes d’hier m’avaient recommandé de le faire car il n’y a personne à l’heure d’ouverture et la luminosité est excellente.
C’est en effet superbe, un des temples contient 1100 statuettes représentant le même dieu du feu.
Sous un autre, des centaines de lanternes allumées accrochées au plafond surplombent une bonne centaine de statues de pierre dans une demi obscurité.
J’achète quelques souvenirs et le moine qui me sert me demande en japonais si j’aime le saké et me donne deux bouteilles, puis quand je répond en japonais “hai, osake wa suki desu” il m’en donne une troisième. Adorable.
De retour à l’hôtel je fini d’emballer mes affaires et dis au revoir à Junya, il se souvient de notre discussion du premier soir et me donne imprimé sur un papier le discours que sa grand mère a écrit sur l’événement auquel elle a survécu.
Elle était institutrice et a été sauvée par un mur épais mais sa famille et ses élèves ont péri.
Je quitte Miyajima aux alentours de 10h et retourne sur les terre à bord du Mizen Maru.
Premier train en direction de Hiroshima où j’essaye de réserver un siège pour Tokyo, le premier shinkansen “Sakura” est plein et je devrai donc compter sur les places non réservées.
Je saute à la minute près dans un Sakura en direction de la station Shin Kobe (le Nozomi n’accepte pas le JR Pass je suis donc obligé de faire un échange).
Une fois dans le train je me dirige vers la zone non réservée (wagon 1~3) avec peu d’espoir de trouver un siège libre.
Juste avant le wagon non réservé des gens attendent debout, mais il y a 3 sièges réservés vide à côté de moi, j’en prends un en attendant que les choses bouges. Au final un contrôleur me dit que je peux rester la sans soucis.
Je passe donc l’heure assis à mettre à jours mes notes de la veille.
Je me retrouve plus tôt que prévu à Shin Kobe et parviens à prendre le Shinkansen Hikari pour Nagoya une heure plus tôt.
Mais du coup je n’aurai pas de place réservée.
J’aurais pu changer à Shin-Osaka mais le train passe sur les mène quais à Shin-Kobe ce qui rends les choses bien plus simples.
Il y a plein de places libres j’en prends donc une côte fenêtre.
Je suis à Nagoya en environ une heure.
Dans la gare j’achète un gros bento à un des kiosques pour seulement 1000 yen.
De Nagoya je prends en suite un train direct pour Nagano au lieu de passer par Tokyo comme je pensais devoir faire.
Le train passe toutes les heures et je n’ai à attendre que 5 minutes avant qu’il arrive.
La partie non réservée est vide et je prends une place bien confortable non loin de ma valise et de la sortie.
Presque 3 heures de voyage jusqu’à Nagano j’ai le temps de profiter du paysage.
La majorité des champs que je vois sont des champs de riz, ils n’ont pas encore été plantés mais certains commencent à être labourés.
Quelques cerisiers en fleur, il est possible que j’en vois encore pas mal vu que la saison commence plus tard plus on monte dans le Nord mais elle a commencé plus tôt cette année, du coup beaucoup de cerisiers auront déjà des feuilles.
Je vois aussi de superbes cascades et cours d’eau en traversant les montagnes. Ce tour en train est un régal. Les cerisiers au tour d’Agenmatsu sont en début de floraison.
Le voyage m’aurait coûté un peu plus de 18000 yen, voila mon JR Pass amorti avec les précédents voyages.
Suguru-san m’a déjà envoyé toutes les instructions pour une fois que j’arrive vu qu’il fini de travailler à 19h.
Alors que j’étais probablement le seul étranger dans le train une floppée de chinois montent à Matsumoto (une de mes destination de mon séjour à Nagano célèbre pour son château).
L’arrivée sur Nagano se fait par le haut des montagnes et offre une vue plongeante sur la ville des champs de pruniers et de vignes ont remplacé beaucoup des rizières. C’est un spectacle superbe.
Échange de train à la station de Shinonoi, je suis le seul voyageur et très peu de choses sont écrites en Romanji (japonais écrit en utilisant l’alphabet latin) mais je me débrouille.
La seule chose que je rate c’est que le JR Pass ne marche pas de Shinonoi à Chikuma mais le chef de gare est adorable et me fait payer le billet à la sortie (250 yen), la carte icoca ne marche pas non plus.
Chikuma est une petite ville en vallée elle aussi mais ils ont quand même un Starbucks drive!
J’arrive chez Suguru pile poil avec le coucher de soleil et repars immédiatement faire des courses vu qu’il n’est pas là.
Une fois rentré je découvre l’intérieur de sa maison, superbe, grand luxe, moderne la grande classe.
Suguru arrives peu de temps après et nous passons par ne t’es bonne soirée malgré que mon niveau de japonais et son niveau d’anglais ne soient pas au top.
J’obtiens plein de bon tips grave à lui et nous planifions quelques trucs ensembles pour demain et après demain (surprise!)
Je lui offre quelques souvenirs d’Irlande et notamment une petite bouteille de Jameson qu’il ne connaissait pas et qui le surprend. Mission réussie.