Je me réveille vers 6h mais me rendors pour finalement émerger à 10:30, le temps de me préparer et je décolle pour le marché de Nishiki.
Le temps n’est pas au plus beau et ça fera un break sympa qui change des temples.
En partant je croise Haru (ma troisième coloc que je ne vois que le matin tard) qui a toujours une sale crève.
Le marché est sur une ruelle qui se prolonge sur plusieurs blocs.
Pendant ma traversée je goûte à beaucoup de choses et en particulier:
- Brochette de moineau
- Brochette d’anguille
- Petites crevettes et haricots (sucrés)
- Thé pêche blanche et tapioca
- Patate douce au miso
- Thé de haricot noir
- Brochette de camembert pané au sésame
- Beignet à la confiture de sesame noir
- Soupe au sésame
- Huître énorme
- Sashimi de Fugu
- Oursin
- Saumon grillé
- Omelette roulée au poisson
- un verre de Saké froid
J’ai à peine fait les deux tiers du marché que je n’ai plus faim
J’achète quelques souvenirs dont des baguettes japonaises et continue mes découvertes culinaires
- Warachimochi
- Onigiri
- Yubakichi
- Pamplemousse et vin de prune
- Et finalement pour digérer un whiskey japonais “Hakushu” qu’ils servent au raz du verre dans un bar à saké où on reste debout.
Je n’ai qu’une envie: une bonne sieste.
Retour à la maison pour déposer les souvenirs achetés et vérifier à quelles heures l’université est ouverte pour aller assister à “Miyako Odori” et une cérémonie de thé.
Zokei university 4600 including tea ceremony
Aujourd’hui et le dernier jour que Tomoko passe ici avant de repartir sur une croisière pour 6~7 mois. Du coup elle a commandé du Jimamidofu, un tofu special d’Okinawa à base de cacahuètes. Tellement crémeux!
Normalement un seul magasin en fait c’est donc une chance exceptionnelle que j’ai de pouvoir y goûter.
Je passe le début de soirée à écrire quelques cartes postales.
Kiwamu et sa femme arrivé pendant la soirée avec des gâteaux pour nous, je choisi un gâteau au marrons, Tomoko nous rejoint et nous discutons une bonne heure.
Ils m’aident à écrire mon prénom en kanji (caractères complexe) même si normalement il ne pourrait que s’écrire en katakana (syllabaire fait pour les mots étrangers) je vais essayer d’avoir un “jitsuin” tampon utilisé par les japonais pour leur signatures légales, les tampons “shachihata” sont eux utilisés plus informellement par les compagnies par example.
Avant de partir Kiwamu me propose de dîner ensemble demain soir ce que j’accepte avec plaisir.
Tomoko me fait goûter à du “Nishimura” qu’elle a pu obtenir d’un fameux restaurant de Kyoto: poissons minuscules avec des petites câpres au goût frais qui reste dans la bouche comme si vous mangiez de la menthe.
Je regarde le premier épisode de Gakepuchi Hotel une nouvelle série que tout le monde attendait au Japon.
J’enchaîne sur Downtown un groupe de comédiens célèbre jusqu’en Europe.