Je me rends compte ce matin que FedEx a déjà tenté deux fois de me livrer mon JR Pass ce qui est ballot, prochain essais lundi, je ferais mieux de les contacter et d'aller le chercher moi même.
Je complète mes notes des deux derniers jours et contacte FedEx, ma correspondante va avoir besoin de me recontacter.
Aujourd’hui la majorité des points que je vais voir m’ont été recommandé hier par Oiwa-san, son magasin préféré de Ramen, un temple au mille bouddha et le magasin de ciseaux à bois.
C’est samedi et des japonais pique-nique sur les berges de la rivière. Je croise aussi beaucoup plus de japonaises en habits traditionnels.
Je trouve Shinpuku saikan en demandant mon chemin à des japonais et commande un “nami men kata negiome” (ramen a la sauce sombre al dente avec beaucoup de poussés d’oignons), je suis le seul étranger dans le magasin.
Ca valait le détour, arrosé d’une petite bière.
À la sortie FedEx me recontacte pour me dire que je peux récupérer mon colis aujourd’hui.
Je vais faire un détour plus wifi du coup.
En chemin je rencontre un hollandais à vélo qui semble un peu perdu et lui indique le chemin pour un temple.
Plus long bâtiment en bois du Japon aussi lieu de championnat pour archers qui vont tirer plus de 13000 flèches pour les meilleurs dans certaines compétitions (24h, 9 flèches par minute, plus de. 540 par heure)
Les 1000 boudhas alignés sur 10 rangées et protégés par d’autres divinités boudhistes sont impressionnant, n’étant pas autaurisé à prendre de photos et ratant probablement beaucoup sur les panneaux de traduction je prends un livre avec moi à la sortie.
Je trouve en suite sans trop de mal le chemin pour le magasin de Ryusaku mais me heurte à la barrière des langues du aux limites de mon japonais. Le magasin est fermé mais la femme de Ryusaku sors au moment où je tourne autour de l’entrée et appelle son mari pour m’aider.
Après un échange de signes et de mots simples traduits par Google Translate (que je conseille à tout voyageur du fait de la traduction de texte en visuel et écrit même en mode offline) je repars avec 3 ciseaux à bois japonais, mon trésor pour ce voyage.
Vu l’heure (17h30) je vais sauter Nishiki Market pour aujourd’hui (c’est tard) et aller à la poste avant qu’ils ne ferme (19h)
Je galère un peu à trouver le bon bus (ils ont plusieurs numéro 17...)
Vu que le bus n’arrive pas je saute dans un taxi, très confortable aux portes arrières qui s’ouvent automatiquement.
JR Pass récupéré, j’ai cru un instant que la poste était fermée vu qu’elle deux entrées opposées mais le “Postal Service Counter” est bien ouvert.
Je rentre à la maison pour dîner et Tomoko m’offre des Warabimochi a goûter une sorte de loukoum local mais beaucoup plus mou. Vu que ça ne se conserve pas je ne pourrai pas en ramener.
Je passe le reste de la soirée à essayer d’en apprendre plus sur les goûts musicaux et cinématographiques de mes colocataires et je fais traduire mon texte de chance:
Good (getting up)
You need to change old style it’s time to start new things
You can get the big fish
You can ride big waves
Please calm your mind when you approach new things and you will get good luck