Nous partons marche dans Budapest, passons par la bibliothèque juste pour y jeter un coup d’œil, c'est assez joli et nous permet surtout de nous abriter du vent froid pendant quelques minutes.
Nous passons en suite devant un immeuble dont les murs sont toujours couverts d'impacts de balles suites aux guérillas qui ont eu lieu pendant les années 50.

Nous partons visiter le marché Vásárcsarnok. Un superbe et immense marché couvert ou nous trouvons un nouveau sac à main pour Reni, achetons des fraises, poires, un karalábé (chou-rave, légume à la forme vraiment étrange).

Partons marcher le long du Danube, puis prenons un viiiiiiiieux bus du temps de l'occupation communiste.
Il existe encore beaucoup de transports en commun qui datent de cette époque. Train , bus, tram, troli (bus électrique qui obtient son courant des câbles comme pour les trams), métro, voitures.
Le pays se modernise et restaure lentement. Mais la guerre et l'occupation Russe l'ont fortement marqué.
Une nouvelle rame de métro super moderne vient d'ouvrir dans Budapest, après 20 ans de travaux et délais.

Je m'arrête rapidement à Burger King pour valider le billet d'avion, mais le site de Ryanair marche qu'a moitié sur iPad.
Je cours donc vers un cybercafé pour imprimer nos billets afin d'avoir l'esprit serein.

Direction la gare, Reni me fait gouter au Lángos, une sorte de galette frite, couverte de crème fraiche gruyère et pâte d'ail: Reni l'appelle le MacDo des Hongrois. Nous prenons aussi deux bières pour la route (il n'est pas interdit de boire dans le train).

Le train est lui aussi bien vieux, les vitres sont opaques de traces de rouille et autres mais le train en lui même est confortable et les fenêtres se baissent tellement qu'il est possible de mettre la tête dehors, sensation garantie! Attention aux pylônes!

Arrivée à Mezökövesd nous prenons le bus pour éviter la pluie et arrivons chez Bözsi Nėni la tante de Reni (Se prononce "Boji Néni": Elisabeth) qui nous accueille chaleureusement avec un diner tout prêt.
Au menu paprikás csirke (poulet au paprika) accompagné de nokedli (sorte de gnocchis, pâte coupée en morceaux dans de l'eau bouillante qui forme un accompagnement) et de cornichons maisons, un vrai régal.
J'ai le droit a un verre de palinka maison (a boire cul sec avant de commencer à manger) ainsi qu'un verre de vin rouge maison (~22 degrés pour éviter qu'il ne tourne).
Tout est délicieux!

Je fais maintenant vraiment face a la barrière des langues mais les quelques mots que j'ai pu apprendre jusqu'à maintenant grâce a Reni ravissent notre hôte.
Bözsi est la tante de Reni, 74 ans, 3 enfants, 6 petits enfants, 4 petits petits enfants, elle produit beaucoup de choses elle même dans son grand potager/verger.

En ce moment elle occupe ses soirées à peindre des œufs typiques de Mezökövesd pour pâques.
Elle nous montre ses confections, petits œufs (taille d'un œuf de caille), gros, et cette année elle a décidé de faire des marque page peints sur cuir, elle nous offre son premier prototype qui est déjà très réussi.