Levés à 8h après une bonne nuit de sommeil, nous décidons que le toilettage attendra l'aéroport et la Hongrie vu que le bateau est assez limité.
En arrivant au tram nous apprenons qu'il ne passera pas aujourd'hui à cause du Marathon....

Obligés de marcher jusqu'au métro qui est a une bonne demi-heure de marche de la. Pas top pour le dos de Reni, mais nous avons bien fait de décider de partir plus tôt.
Nous arrivons à l'aéroport dans les temps que nous avions prévu et prenons le temps de réorganiser nos valises.

Transiavia (une compagnie low cost filiale de KLM) a des mesures de bagages encore plus petites que Ryanair, mais le staff est bien plus agréable.
Nous devons passer nos bagages en soute mais la femme qui nous imprime les billets nous les fait passer gratuitement vu que l'avion est complètement plein.
Nous avalons un sandwich et un jus d'orange fraichement presses avant de monter dans l'avion.
C'est parti pour la Hongrie (mon kiki!).

Nous arrivons à 15:30 après un vol toute en douceur, les sièges dans les avions de Transavia sont d'une étroitesse impressionnante, pas le droit d'être obèse ici.

Arrivons a Budapest sans problème, Marika (la mère de Reni) et Basci (son neveux de 6 ans) nous y attendent et nous acceuillent chaleureusement.
Une fois arrivé en centre ville nous nous rendons là ou nous dormirons pour les deux prochaines nuits.
L'appartement appartiens à Andràs un ami de Reni que nous retrouvons là bas accompagné d'Elodie une étudiante Française qui fait ses études via Erasmus en Autriche.
Nous prenons le thé avant qu'ils ne repartent en Autriche puis allons manger un burger à l'excellent W35 qui se trouve à deux pas de là. (W35)

Reni m’emmènes en suite boire un verre à Szimpla Kert, un bar-ruine, superbe bâtiment vétuste réaménagé en bar sur deux étages, chaque pièce à été dédiée a quelque chose de spécial: bar, bar a vie, sandwicherie, bar à chicha, studio musical, salle en plein air avec écrans, scène ou ce soir c'est micro libre, n'importe qui peut monter sur scène et jouer.
Le bar est décoré de bric et bar à base de récupération, de sculptures, de peintures, de voiture coupée en deux, de murs couverts de graffitis et dessins. Toutes les chaises et tables sont différentes. L'ambiance est très agréable et relaxante.
Je pourrais rester des journées entières ici, on semble être coupé du monde. Les graffitis sont en toutes les langues, ce bar donne l'impression d'être partout et nulle part a la fois. Je ne serait même pas étonné de ressortir dans une autre ville.

Marche de nuit dans Budapest, nous passons devant la Basilique Szent Istvàn, Statue de la petite princesse sur les bords du Danube.